Le Transhumanisme, c'est la religion de l'antichrist


C'est ce que vous dites quand vous affirmez que l'utérus artificiel n'est pas pour demain?
L'utérus artificiel est un autre aspect de la chose. J'ai approfondi cette notion parce qu'il y avait des expériences en cours sur l'ectogénèse, le développement de l'enfant hors du sein mater¬nel. Là aussi, on se trouve devant des difficultés majeures. Parce qu'à partir de l'instant n°1 où l'embryon est fixé dans l'utérus, il se crée des liens entre la mère et son enfant et nous sommes au tout début de la connaissance de ce phénomène.

Nous avons évoqué la philosophie sous-jacente au transhumanisme. On a l'impression d'assister à un retour au bon vieux matérialisme du début du siècle, du scientisme d'Auguste Comte et finalement, de cette vision scientiste que la science est la seule vérité possible et que par conséquent, tout ce qui est en dehors du domaine de la science est nul !
Tout à fait. C'était une conception qui existait avant la révolution. En 1741, un philosophe a écrit un livre « L'homme machine ». Pour lui, l'homme se résumait à une machine. Ces idées existaient déjà avant la révolution française. Effectivement, on trouve une continuité entre l'homme machine, entre les positivismes, et puis bien sûr, le marxisme, qui est un matérialisme absolu et les théories d'Hitler, qui voulait chan¬ger l'homme à partir de la génétique, par la sé¬lection qui n'était plus la sélection naturelle.
Je peux aussi citer les théories de Darwin, qui sont en train de s'effondrer littéralement... On peut suivre deux directions : la première, c'est justement l'épigénèse, qui fait que l'homme se crée lui-même. Il a son sort entre les mains, il est libre. Il n'y a pas de sélection naturelle. C'est énorme, gigantesque et les évolutionnistes sont par terre littéralement, ils ne savent pas quoi ré¬pondre à cela.
Deux évolutionnistes, Stockler et Habler, se sont mis à étudier le génome des espèces. On s'est aperçu que tout autour du noyau, c'est-à-dire hors du circuit génétique que l'on connaissait, se trouvaient des mitochondries, qui sont la bat¬terie, ce qui alimente la cellule.
Leur caractéristique, c'est qu'elles sont quasi¬ment indestructibles, c'est-à-dire qu'elles per¬mettent de remonter dans le temps. On en a trouvé, par exemple, dans les momies des pharaons.
La chair se putréfie, les noyaux éclatent, se sclé¬rosent et avec eux on ne peut pas faire grand-chose de l'ADN que l'on trouve sur ces momies. En revanche, les mitochondries sont très riches en informations et évoluent elles-mêmes très très lentement.
Ces chercheurs ont étudié et comparé 100 000 espèces de toutes sortes d'animaux et stupéfac¬tion ; alors que cela allait contre leurs propres convictions, ils se sont aperçus que toutes les espèces étaient arrivées en même temps. Ce qui correspond bien au récit de la Genèse, Dieu créant chaque espèce l'une après l'autre ! Les évolutionnistes prennent alors un coup ter¬rible, au point que leur seule réaction, ce sont les insultes. Donc, nous voyons que l'évolution est maintenant remise en question par l'épigénèse.

Si nous revenons à la question du transhumanisme, ce qui est attractif pour les gens, c'est que cela leur apporte des promesses de bienfaits dans la vie quoti¬dienne. Mais est-ce que vous pourriez aus¬si évoquer les principaux dangers que cela représente ?
Le transhumanisme, c'est la disparition de l'es¬pèce humaine. Je ne suis pas le seul à le dire, plusieurs autres personnes le disent aussi, comme par exemple Testar.
Testar dit que le transhumanisme mène à la fin de l'espèce humaine. Il s'est aperçu que sa dé¬couverte correspondait à entrebailler la porte pour que se précipite l'eugénisme. Parce qu'avec la fécondation in vitro, l'on fait ce que l'on ap¬pelle le « diagnostic préimplantatoire » dont je parlais déjà dans mon livre, il y a dix ans, et qui permet de sélectionner les espèces humaines et de se débarrasser de tous ceux dont on ne vou¬dra pas.
L'on sait que, aujourd'hui, des enfants sont tués à la naissance parce qu'ils ont une fente pala¬tine ou un pied bot. Certains pays envisagent de donner l'autorisation de tuer les enfants à la naissance.
C'est un retour au nazisme , mais un nazisme plus raffiné, plus acceptable. Mais en même temps, quand on parle de la GPA, c'est le retour à l'esclavage. Quelle va être la situation psycho¬logique de ces enfants quand ils vont grandir ? C'est une véritable déshumanisation de l'être hu¬main, une régression absolument terrible.
Comment se fait-il qu'il y ait cet en¬gouement pour ce genre de théorie ? Est-ce qu'il n'y a pas derrière cela des intérêts économiques, voire même politiques, de la classe mondiale ?
La finalité, c'est le transhumanisme. On appelle cela les GAFAM : Goggle, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft. Amazon avait fait, en 2016, 65 milliards de dollars de profits.
Sur un article du Figaro, un journaliste expliquait que les deux A, Amazone et Apple, avaient fait 1000 milliards de profits boursiers l'année pré¬cédente. Quand on regroupe tous les profits des GAFAM, cela fait 4000 milliards et demi. Alors, je suis allé regarder le budget de la France ; c'est 360 milliards.
C'est une puce à côté d'un éléphant, et ce sont ces gens qui nous dirigent et qui nous mènent au transhumanisme... C'est un phénomène as¬socié au Nouvel Ordre Mondial. Il y aurait une super classe mondiale qui tirerait les ficelles... Une organisation se met en place, notamment avec Bruxelles. Bruxelles est très ancrée dans cette vision. On a l'impression que ces gens-là ne sont pas eux-mêmes libres de leurs mouve¬ments, mais qu'ils sont manipulés.
C'est une caste et les progrès d'immortalité et autres, tout le monde n'en profitera pas ; il faudra être éminemment riche pour pouvoir bé¬néficier de traitements à vie. Déjà, la Sécurité Sociale traîne la patte parce qu'elle trouve qu'il y a trop de vieux et que le plus simple serait de les euthanasier...
Alors, ceux qui voudront vivre plus longtemps devront payer et l'on s'acheminera vers une hu¬manité à deux ou trois vitesses, avec ceux qui mènent le monde, les financiers et puis la pié¬taille, la plèbe.. Quel est le rôle, dans cet ensemble, de cette fameuse théorie du genre que l'on est en train d'enseigner à nos enfants, bien que l'on dise que ce n'est pas le cas ?
C'est un défi direct à Dieu, c'est une atteinte à la vie, à la création. C'est la volonté de se substituer à Dieu. On se prend pour Dieu, on veut simplement supprimer les sexes et on va créer un nouveau sexe, le troisième sexe de Simone de Beauvoir.
Ils le disent, d'ailleurs, quand ils affirment : « Nous sommes une religion ». Ce n'est pas seulement une idéologie, c'est plus que cela, c'est véritablement une religion. C'est la religion de Satan, une religion antichristique. Quand on regarde le sigle de Apple, l'on voit une pomme avec un coup de dent : c'est le serpent qui a tendu la pomme à Eve et qui a dit : « Allez, vous allez manger de ça... ».
Cela veut dire que nous, chrétiens, nous sommes dans une situation d'opposition frontale et di¬recte avec cette idéologie.
Comment expliquez-vous, comme vous le dites dans votre livre, que les chrétiens non seulement ne s'en rendent pas compte mais que les ecclésiastiques se taisent ? Comment expliquez-vous ce paradoxe ?
Les ecclésiastiques se taisent parce qu'ils ne comprennent pas ce qui se passe. Leur niveau intellectuel ne leur permet pas d'anticiper.
Ils vivent au jour le jour. Dans la dernière confé¬rence que j'ai faite, à Versailles, uniquement pour des jeunes, pas un seul d'entre eux n'a acheté une brochure ou un livre...
Ils étaient 40 ou 50, venus à une conférence, point, c'est tout... Pourtant, des choses terribles se préparent... Une des forces de proposition du transhumanisme, c'est de greffer dans la tête des gens des pastilles informatisées, des micro-processeurs qui leur donneront des pouvoirs, donc, qui pro¬duiront des gens aux pouvoirs supérieurs...
Dieu, qui est derrière toutes choses, sonnera la fin de la récréation et Il le fera brutalement. Il le fera d'autant plus brutalement, qu'on sera allés loin...
En attendant ce temps de Dieu, je voudrais lais¬ser à tous les lecteurs cette question : qu'est-ce que le chrétien de base peut faire ? Quelle doit être son attitude ; comment est-ce qu'on peut résister et comment peut-on vivre dans cette situation, dans ce monde qui est en bouleversement ? Et surtout les jeunes ? J'ai écrit un cahier au su¬jet des écrans, mais en me plaçant sur le plan médical. Les écrans, c'est une catastrophe, c'est un des moyens les plus im¬portants du Nouvel Ordre Mondial pour détruire l'in-telligence.
Et cela, parce que l'on est passif devant un écran. Je vais vous donner un exemple : un américain, qui s'appelle Flynn, a constaté qu'avant l'arri¬vée des écrans, les générations avaient un QI qui augmentait d'une génération à une autre. Autrement dit, nous sommes plus intelligents que nos parents, nos parents plus intelligents que leurs parents à eux... Mais cela s'est arrêté brutalement en 1970. C'est l'époque de l'apparition des écrans et de la Té-lévision, la généralisation de la TV... Alors, il a affirmé que, maintenant, nous allons en régres¬sant et que depuis cette époque-là, les enfants ont perdu 2 fois 6 points de QI, sur 100, 2 points sur 100... Ce qui est considérable, c'est que l'en¬fant moyen nous ramène 50 ans en arrière ou 100 ans en arrière au point de vue de l'intel¬ligence et du développement intellectuel... On assiste donc à une atrophie de l'intelligence et du cerveau
Concrètement, pratiquement, quelle doit être l'attitude des chrétiens au¬jourd'hui ? Quels conseils, vous qui êtes comme moi un ancien, donneriez-vous aux jeunes aujourd'hui ?
La première chose que je dirais, c'est de faire passer la télévision par la fenêtre. Je ne veux pas me laisser forger par des gens qui mentent tout le temps et deuxièmement, je ne veux pas me laisser détruire l'esprit par un appareil ou par des gens qui nous mentent constamment. Il y a ce qu'on vous dit et il y a ce que l'on ne vous dit pas... Il faut commencer par remettre en ques¬tion ce que l'on vous dit et prendre du recul.

Avec l'autorisation du Pasteur Jean-Marc Thobois

Retour...