Bienvenue à l'église évangélique A.D.D d'Ales

Réponcses éclairées aux questions d'un musulman à un chrétien

Le professeur Yéchayahou Rubinstein est un scientifique renommé de l’Etat d’Israël, nommé à l’Institut Weizmann, responsable dans le domaine biologique. Il a travaillé avec un microscope électronique 10h par jour pendant 4 ans, où il analysé l’ADN de l’être humain…

class="img-responsive"

Quand l’ardeur du grand réveil gallois de 1904 commença à faiblir, il se trouva beaucoup de personnes, en dehors de l’élément conservateur des églises, qui aspiraient à continuer cette bonne oeuvre et à avancer dans toute la plénitude de Dieu.


Ces ‘’enfants du réveil’’, comme on les appelait, formaient un élément spirituel bien défini dans le pays de leurs pères à cette époque. Le plus remarquable de leurs prédicateurs était Seth Joshua. L’auteur a une raison toute spéciale de se souvenir de cet excellent homme, car ce fut lorsqu’il dirigeait une mission dans l’Eglise congrégationaliste de Finsbury Park à Londres, en octobre 1905, qu’il accepta personnellement Christ comme Sauveur. Seth Joshua encouragea un ‘’Mouvement de progrès’’ parmi ces coeurs assoiffés qui désiraient le réveil et, dans ce but, il institua une série de conventions à Neath, suivant le modèle des conventions de Keswick. Ces conventions contribuèrent à un progrès indéniable dans l’oeuvre de l’Esprit de Dieu au pays de Galles.

Certaines des Eglises entretenaient également le feu du réveil en maintenant le caractère ‘’ouvert’’ de leurs réunions, faisant beaucoup de prédications en plein air et encourageant les réunions de prière dans les maisons. Parmi celles-ci se trouvait l’Eglise congrégationniste anglaise de Waunllwyd près de Ebbw Vale, dont le pasteur était Thomas Madog Jeffreys. En novembre 1907, une mission se déroula dans cette église sous la conduite de M.Niblock de Londres,

L’un d’eux, qui avait passé quatre ans en prison, devait être exécuté le 4 septembre 1964. Merveilleusement conduit au salut le 26 juillet 1964, il reçut ensuite le baptême du SaintEsprit. Le gardien en chef m’introduisit dans sa cellule. C’était à minuit qu’il devait être exécuté. Bien que ce ne fût que quatre heures avant sa mort, quand j’entrai je trouvai l’homme allongé sur son sommier, profondément endormi, sa Bible pressée sur sa poitrine. Je l’éveillai et nous passâmes les trois heures qui suivirent à lire la Parole et à prier.

hardiment la pleine vérité sur la bénédiction de Pentecôte, bien qu’il n’eût pas encore lui-même, à cette époque, reçu le baptême du Saint-Esprit. M.Niblock le reçut plus tard, à Sunderland et, lors d’une nouvelle visite à Waunllwyd, ils furent tous grandement encouragés à continuer leur recherche d’une pentecôte locale. Tandis qu’il leur racontait ses expériences, M.Niblock était accompagné de A.H. Post, un missionnaire américain qui partait à Ceylan et qui avait reçu le baptême du Saint-Esprit à Los Angeles en 1906. Le 22 décembre 1907, lors d’une merveilleuse réunion d’adoration qui se tenait dans le bureau du pasteur, l’Esprit tomba sur l’un des frères. Le pasteur lui-même le reçut bientôt à son tour, ainsi que plusieurs autres.

Les mois qui suivirent furent merveilleux à Waunllwyd. Le jour de son anniversaire, le 16 avril 1908, T.M. Jeffreys raconte comment le responsable d’une église de l’Armée du Salut voisine fut baptisé du Saint-Esprit : « Tandis que nous étions ensemble pour attendre la bénédiction de Dieu, je demandai le baptême de ce cher frère comme cadeau d’anniversaire. Alléluia ! Je n’aurais pas pu en obtenir meilleur. La pièce fut remplie de gloire et je n’oublierai jamais le visage rayonnant de ce fidèle guerrier de l’armée de Christ, tandis que le Seigneur parlait au travers de lui ».

Le mardi de Pâques, quatre jeunes gens allaient de Dowlais à Waunllwyd. Ils avaient attendu depuis longtemps dans leurs maisons respectives ; mais ce soir-là, tandis qu’ils étaient assis côte à côte sur le dernier banc de l’église, ils furent tous les quatre baptisés du Saint-Esprit. Le samedi soir suivant, à Dowlais, le Saint- Esprit fut répandu sur le groupe qui se réunissait là et un certain nombre de personnes commencèrent à parler en langues. A partir de ce moment-là commença un courant constant de bénédictions pentecôtistes dans cette localité.

L’un des quatre jeunes qui reçurent le Saint-Esprit le mardi de Pâque à Waunllwyd était Price Davies. Il avait l’habitude d’aller, avec d’autres, à Maesteg, dans la maison de la famille Jeffreys maintenant connue dans le monde entier. Ce fut Price Davies qui eut le privilège de baptiser d’eau Stephen et Georges Jeffreys, ainsi que le jeune fils de Stephen Edward ; à cette époque Stephen Jeffreys travaillait encore à la mine, tandis que George Jeffreys occupait un poste dans les magasins de la coopérative.

A partir de ce moment-là le Mouvement de Pentecôte se répandit rapidement à travers tout le pays de Galles, région Sud. Malheureusement, il y eut quelques scènes regrettables d’extravagance que la presse quotidienne exploita à l’encontre de l’oeuvre. Il n’était pas surprenant que, parmi les ‘’enfants du réveil’’ qui étaient très émotifs par tempérament, et malheureusement abandonnés par leurs pasteurs comme des brebis sans berger, il se trouve des personnes qui ne savaient pas comment contrôler les puissantes vagues d’émotion pure occasionnées par la nouvelle bénédiction. Mais Dieu veillait sur son oeuvre pour la préserver. Tous les yeux se tournaient maintenant vers Sunderland où tant de personnes étaient entrées dans la bénédiction de Pentecôte, soit directement, soit indirectement. En mai 1908, une publicité parut dans l’Echo de Cardiff, libellée en ces termes : « Pentecôte avec les signes. Pour tous les sympathisants ; Six jours de convention à Sunderland du 6 au 11 juin. Vacances de Pentecôte. Excursions peu coûteuses ».

Le feu de la pentecôte au XXe siècle Donald Gee