Bienvenue à l'église évangélique A.D.D d'Ales

Extrait du livre « La vie que Dieu bénit»


Tout au long de l’Histoire, l’homme a toujours été à la recherche d’une chose ou d’une autre : connaissance, nouveaux territoires, liberté face à la persécution religieuse ou politique, ressources précieuses telles que l’or, le diamant, et le pétrole. Les gens ont souvent cherché de nouveaux plaisirs, l’âme soeur et la paix, au coeur même des luttes et du carnage. De plus, l’homme a toujours aspiré à la paix intérieure et à comprendre la véritable raison de son existence.
En dehors de cette recherche intervient une des plus grandes quêtes : celle de connaître et d’expérimenter Dieu. Le coeur humain contient un instinct spirituel indéniable, correspondant à son Créateur. Nous pouvons renier, ignorer, ou enterrer cet instinct sous une avalanche de choses matérielles, mais le fait que nous ayons tous été créés pour jouir de la communion avec Dieu et l’adorer pour toujours est gravé dans nos âmes.


Un nombre incalculable de personnes ont décrit et raconté leur recherche du Tout-Puissant. Les témoignages abondent quant au changement de vie que produit une rencontre avec Dieu, qui a envoyé son Fils sur la terre pour que chaque homme et femme ait la vie, et qu’il l’ait en abondance (Jean 10 :10).
Mais aussi importante que soit la recherche de Dieu par les hommes, elle montre une recherche bien plus significative que je voudrais que nous considérions dans ce livre.
Cette recherche a été révélée il y a longtemps lorsque Dieu envoya un prophète délivrer un message au roi Asa à Jérusalem. Bien que le Seigneur eût corrigé Asa pour son manque de foi et de piété, la parole prophétique déclarait que Dieu lui-même était impliqué dans une recherche unique !
En décrivant l’amour de Dieu et son désir de bénir les gens, le prophète a déclaré une vérité dont les conséquences sont bouleversantes :« Car l’Éternel parcourt du regard toute la terre, pour que s’affermissent ceux dont e coeur est tout entier à lui » (2 Chroniques 16 :9). Puisque Dieu reste toujours le même, ce qui était vrai à l’époque du roi Asa nous concerne aujourd’hui au XXIème siècle.

Dieu cherche. Il ne recherche pas des choses telles que le savoir ou des pierres précieuses : après tout, Il connaît tout et possède l’univers et tout ce qu’il contient. Même si nous ne pensons que rarement à cela et que nous ne l’entendons pas souvent prêcher, le Créateur de toutes choses est à la recherche à travers le monde d’une certaine sorte de coeurs. Il est à la recherche d’hommes et de femmes dont le coeur lui permettra de démontrer de quelle façon merveilleuse il peut relever, aider, et bénir.
Notez que Dieu n’est pas à la recherche de quelqu’un possédant un quotient intellectuel élevé ou de multiples talents. Il ne recherche pas non plus une personne spécialement intelligente ou qui a de l’influence ? il a révélé où reposait son véritable intérêt en envoyant le prophète Samuel oindre le prochain roi d’Israël. Dieu a dit :« ne prends pas garde à son apparence et à sa haute taille … Il ne s’agit pas de ce que l’homme considère ; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Éternel regarde au coeur » (1 Samuel 16 :7)

C’est le coeur de David qui l’a distingué des autres, et ce principe n’a pas changé. Tous les grands hommes et femmes de l’Écriture avaient un coeur bien disposé qui permettait à la grâce de Dieu de couler au travers d’eux, apportant ainsi des bénédictions à d’autres. Cette vérité avait été bien comprise par David, le jeune homme que Dieu a élevé jusqu’au trône.
Avant sa mort, David exhorta son fils Salomon : « Et toi Salomon, mon fils, reconnais le Dieu de ton père, et sers-le d’un coeur sans partage et d’une âme bien disposée, car l’Éternel sonde tous les coeurs et discerne toute intention » (1 Chroniques 28 :9). C’est ce que Dieu voit derrière la façade et le comportement visible, qui détermine l’étendue de ses bénédictions. C’est pour cela que le roi David recommanda à son fils de veiller sur l’état de son coeur.
Dans le Nouveau Testament, nous pouvons lire comme Jésus voyait audelà du comportement extérieur de la religion et affirmait l’importance d’un coeur « vrai » en condamnant l’hypocrisie des Pharisiens : « Vous, vous êtes ceux qui se font passer pour justes devant les hommes, mais Dieu connaît vos coeurs » (Luc 16 :15). Jésus a toujours regardé au coeur, y découvrant ainsi la véritable personne.

Le christianisme est, par nécessité, une religion du coeur parce que c’est seulement du coeur que viennent « les sources de la vie » (Proverbes 4 :23). Dieu appelle les gens à se tourner vers lui de tout leur coeur. Le salut est reçu lorsque nous croyons dans nos coeurs que Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts (Romains 10 :9).
Lorsque l’Écriture nous appelle à la prière, elle nous demande d’épancher nos coeurs dans la présence du Seigneur (Psaume 62 :8). Les prédications modernes mettent une emphase accablante sur les oeuvres et sur toutes sortes de formes extérieures de louange, mais un vrai réveil spirituel doit toujours débuter dans le coeur.
Notez la disposition de coeur à laquelle Dieu veut que nous aspirions, à travers les mots de Samuel au roi Saül : « l’Éternel s’est cherché un homme selon son coeur, et l’Éternel l’a établi conducteur de son peuple » (1 Samuel 13 :14). La recherche de Dieu s’est achevée lorsqu’il trouva David, ce jeune homme vivant dans l’ombre, mais dont le coeur était bien disposé. Mais qu’est-ce que cela veut dire, avoir un coeur bien disposé, « un coeur selon Dieu » ?
Ce sujet est l’un des plus importants que nous puissions considérer car il nous parle de ce que nous sommes réellement et de la mesure avec laquelle Dieu peut nous utiliser pour sa gloire. Un coeur déréglé ou ne battant pas au rythme de celui de Dieu, produira une vie de sécheresse spirituelle et d’occasions manquées. Mais si nous demandons au Seigneur d’amener nos coeurs à être en harmonie avec le sien et à lui être soumis, nous découvririons le secret de ses bénédictions qui est demeuré le même à travers toutes les générations.

Jim Cymbala